A l’école du Covid-19, être bon en calcul (s) est la règle

Actualités Cécile Sow D-cryptage Editos Point de vue...

Au début, les opérations étaient élémentaires. Pris de court par l’apparition ou, dans certains cas, par la propagation fulgurante du Covid-19, plusieurs États, inquiets, dénombraient contaminations et décès, jour après jour. Les énergies étaient surtout déployées autour de la prévention et de la prise en charge des patients.

Mais, depuis quelque temps, les calculs sont d’une autre nature. Prévisions et chiffres, crédibles ou farfelus, sont déversés sur une humanité qui n’a fini ni de pleurer ses morts ni de saluer ses victoires, relatives mais réelles. Malgré un bilan malheureux, à l’échelle mondiale, le nombre de guérisons est près de quatre fois supérieur à celui des décès…

Quand les dirigeants de la planète parlent de désastre humain et économique; quand le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, prédit des millions de morts en Afrique; quand le Président américain, Donald Trump, menace de priver l’OMS (accusée d’incompétence et de copinage avec la Chine) d’une participation financière annuelle de 400 à 500 millions de dollars (soit 15% de son budget); quand la question de l’annulation de la dette des États africains, d’un montant de 365 milliards de dollars, devient celle des modalités de remboursement; quand, au Sénégal, la répartition de l’aide sociale, en faveur des ménages modestes, devient suspecte et aiguise des appétits; …; l’envie de ressusciter saints et mathématiciens des temps anciens me démange.

Étant incapable de faire des miracles, je me demande par quels savants procédés nos chefs d’État et de gouvernement pourraient trouver un équilibre entre humanité et intérêts personnels, financiers, politiques, géostratégiques ou autres.

Des derniers rangs de la classe de l’humanité, nous sommes nombreux à observer un tableau couvert d’équations à plusieurs inconnues, sans pouvoir les résoudre. Quant aux bons ou mauvais élèves, que sont nos dirigeants, arriveront-ils à nous présenter des résultats justes ou au moins convaincants?

Puisque beaucoup sont assis sur le même banc épineux, j’ose croire qu’ils n’useront pas cerveaux, pantalons et jupes pour récolter un zéro pointé et un bonnet d’âne. Mon sentiment est que le nouvel ordre mondial passe par l’abandon des calculs opportunistes.

Bienvenue à l’école du Covid-19, ce petit sournois, qui, pour le bien de tous, devrait nous pousser à revoir nos leçons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.