Babacar Touré, un autre Baobab nous quitte.

Actualités Diaspora Editos

Dakar, 26 juil (APS) – Le journaliste Babacar Touré, ex-président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), est décédé dimanche soir à Dakar, à l’âge de 69 ans, a appris l’APS du groupe de presse Sud Communication, dont le défunt fut le fondateur.Diplômé en 1979 du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti), l’institut de journalisme de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, il avait succédé à Nancy Ngom Ndiaye à la tête du CNRA en septembre 2012.

Diplômé en 1979 du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti), l’institut de journalisme de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar,  est une grande figure la presse privée  sénégalaise.

fondateur du groupe Sud Communication en 1986,  il édite alors le journal Sud Hebdo, qui deviendra Sud Quotidien plus tard. En 1994, le groupe Sud Communication crée première radio privée du Sénégal. C’est en cela qu’il a contribué à l’ouverture du Sénégal aux pratiques démocratiques ( telles que conçues aujourd’hui) , de même qu’à son établissement dans ce terreau là. Et cela à partir des années 90. 

L’ apport de Babacar Touré  est ainsi incommensurable. Car non seulement il a su contribuer au pluralisme médiatique ( un des piliers de la démocratie), et de surcroît il a créé une école de formation en journalisme et en communication. C’est l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (ISSIC), une école de formation de journalistes installée à Dakar.

Un Baobab part mais laisse mais laisse derrière lui, un héritage considérable qui nous interpelle tous.

La rédaction de Diaspocom s’associe à la douleur de sa famille et présente ses condoléances les plus attristées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.