Bataaxal-BI, épisode 1: Etudiants Sénégalais en France la détresse inéluctable?

Cécile Sow Emissions Parlons Politique! Passeport Point de vue... Politique Vidéos

Dans cette série intitulée “Bataxaal-Bi” le message, ou la lettre, Ismaäla Ba Seck, se fait la voix des sans voix. Ce premier épisode est un message adressé directement au Président Macky Sall. Et comme un cri du coeur, Ismaëla attire son attention sur la situation qui risque d’être dramatique, pour nombre d’ étudiants sénégalais en France, avec la hausse prévue des frais de scolarités à la rentrée 2019.

Bienvenue en France“, le 19 novembre dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement français: attractivité oblige! Ce sont un ensemble de mesures destinés à promouvoir la destination France, pour les étudiants étrangers. Le but mis en avant, c’est l’amélioration de l’ accueil et la qualité des formations dispensées. Un autre objectif, c’est de passer de 324 000 étudiants à 500 000 étudiants étrangers en France à l’horizon 2027. Or là où le bas blesse, c’est la mise en place de frais d’inscription différenciés pour les étudiants non-européens. À partir de 2019, ils devront payer 2 770 euros au lieu de 170 euros pour une année de licence et 3 770 euros à la place de 243 euros pour un master.

“c’est aux étudiants étrangers de s’adapter”

Il est à noter que cette annonce a donné lieu, à plusieurs manifestations et mouvements de protestation en France. A bordeaux, l’association ABESS de concert avec d’autres organisations d’étudiants africains et français, ont organisé et participé à ces mouvements de protestation. C’est ce que précise Ousmane Bocar Diallo, dans un entretien accordé à RFI, ancien président de la FESSEF. Ce qui est triste dans tout ça, c’est le silence assourdissant de nos autorités, sénégalaises et africaines. Ce qui marque au fond, une totale incapacité à répondre aux besoins de leur population ou au pire un réel mépris. Parlant de cette nouvelle mesure, serigne Mbaye Thiam ministre de l’éducation nationale du Sénégal dira: « C’est aux étudiants de s’adapter ». Quelle belle vision. En 2017, la France a accueilli dans ses universités près de 10 000 Sénégalais.

Pour l’heure sept universités ont annoncé, leur refus d’augmenter les frais d’inscription pour les étrangers prévue dans le plan «Bienvenue en France». Ce sont:  l’Université Paris-Nanterre qui a clarifié sa position dans un communiqué datant du 12 décembre, les universités Clermont-Auvergne, Aix-Marseille, Toulouse Jean-Jaurès, Lyon-II, Nanterre, Rennes-II et Angers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.