Criminalité faunique : Sur la route du déclin des léopards d’Afrique de l’Ouest ?

Après Tambacounda le mois dernier, c’est au tour de Kédougou de lutter contre le trafic organisé transfrontalier de peaux de léopards qui sévit de façon inquiétante au Sénégal ces 8 derniers mois. Le Mercredi 17 Mars 2021, une opération d’arrestation de deux présumés trafiquants de faune a été menée par la Direction des Parcs Nationaux, avec la collaboration étroite du Commissariat Central de Kédougou, de Monsieur le Procureur de la République de Kédougou et de l’appui du projet Eagle-Sénégal. Les deux présumés trafiquants de faune ont été surpris dans un hôtel de la place, en flagrant délit de circulation détention, tentative de commercialisation de 3 peaux de léopards, 17 ivoires d’hippopotames et 1 peau de Hyène. Les deux présumés trafiquants ont été entendus sur les faits qui leur sont reprochés et affirmeraient que toutes ces contrebandes proviennent du Sénégal, dans la région du Parc National du Niokolo Koba dernier havre de paix de la grande faune sénégalaise; mais aussi du Mali et de la Guinée Conakry. Si les faits qui leurs sont reprochés étaient avérés ils risquent une peine d’un an d’emprisonnement , des dommages et intérêts et amendes selon l’article L32 du code de la chasse et de la protection de la faune portant sur la détention, la circulation, et la commercialisation d’espèces protégées ainsi que sur l’importation illégale d’espèces annexées à la Convention de Washington, aussi nommée “CITES” que le Sénégal a ratifié et se doit de la faire appliquer sur l’ensemble du territoire nationale .

D’après le coordinateur du projet Eagle-Sénégal, expert en criminalité faunique et interrogé sur cette nouvelle affaire de peaux de léopards qui secoue à nouveau le sud-est du pays et plus particulièrement l’axe Tambacounda-Kédougou et Kolda:
” La situation du trafic de faune est inquiétante dans le Sud du Pays. En effet, nous appuyons les services du Gouvernement du Sénégal dans la lutte contre la criminalité faunique depuis 2013 et nous n’avons jamais eu à constater avant 2020, une telle ampleur de trafic de peaux de léopard et d’ivoire d’hippopotames dans le sud du pays. Ces deux espèces sont hautement protégées par des textes de loi sur l’ensemble du continent africain, y compris au Sénégal, car leur populations sont proches de l’extinction continentale finale. En seulement 8 mois, les Parcs Nationaux, la Police Nationale avec l’appui de Eagle Sénégal ont saisi 10 peaux de léopards dont 2 bébés léopards, ce qui laisse clairement à penser que la demande est si forte à présent que même les bébés autrefois épargnés sont exterminés ! Pour début 2021 seulement c’est déjà 5 peaux de léopards et 129 ivoires d’hippopotames saisies et confisquées! Cela représente également un rythme de trafic de ces deux espèces deux fois supérieur aux 6 dernières années. Malheureusement toutes ces espèces en voie de disparition le sont par ce qu’elle sont très recherchées par les trafiquants et leurs commanditaires afin de les importer-exporter illégalement pour de riches clients qui les achètent pour leur viande, vertus médicinales (scientifiquement prouvées inefficace) ou leur fonction “décorative ” ! Dans une période aussi sensible que nous vivons actuellement avec le virus du Covid 19 qui aurait transmis par des animaux sauvages tels que le pangolin … ou la chauve-souris pour le virus d’ Ebola ou le virus H1N1 pour la grippe aviaire qui sévit au Sénégal…ce trafic d’animaux sauvages au Sénégal représente un nouveau risque accru de transmission virale entre l’homme et l’animal puisqu’il semble que dame nature tente de nous faire retrouver la raison sur nos rapports avec la nature avec toutes ces pandémies liées aux animaux sauvages . Mais ce n’est pas tout ! Nous rencontrons de plus en plus au Sénégal des réseaux de trafic de faune transfrontaliers bien organisés, en lien avec d’autres crimes connexes tels que le trafic d’armes et de munitions de guerre, le trafic de drogue et de bois protégé. Ces crimes connexes au trafic de faune sont reconnus par les Nations Unies. La Communauté Internationale porte actuellement un regard attentif sur ces trafics connexes à la faune car ils sont dangereux pour le maintien d’une stabilité sécuritaire, économique et environnementale d’un Etat. Toute fois la lutte contre le trafic de faune et ses crimes connexes sont plus qu’engagées au Sénégal avec de très bon résultats ces deux dernières années (un exemple pour l’Afrique de l’ouest) grâce à une réelle dynamique de mise en application des lois par les Ministères de l’Environnement, de l’Intérieur et de la Justice et de leurs directions en charge du sujet. Eagle-Sénégal, continuera à leur apporter expertise et formation sur ce crime encore méconnu…. ou parfois traité trop “légèrement ” et maintient son appui effectif et transparent sur le terrain pour freiner et entraver le développement de ces réseaux criminels. “

Ismaila Ba Seck

Articles similaires

Un commentaire sur “Criminalité faunique : Sur la route du déclin des léopards d’Afrique de l’Ouest ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de lecture x

%d blogueurs aiment cette page :