Déni de la victime ou inconscience manifeste d’une société complice?

Actualités D-cryptage Diaspora La réplique de Maïmouna Point de vue...

L’ acceptation de la violence verbale, physique ou psychologique relève du pathos. Mettre un mouchoir dessus ou minimiser le problème conduit au drame.

Il est primordial de refuser d’installer la violence au sein du ménage, que ce soit chez l’homme ou la femme. (Sujet plus que tabou car un homme maltraité devient la risée dans nos sociétés qui lui accorde une place centrale et puissante…Gohou Michel recevant les gifles de son épouse n’en est qu’une pâle caricature).

Certains individus vont dissimuler l’agressivité au début, mais lorsque leurs intérêts sembleraient menacés, ils feront tomber ce masque angélique qui leur a permis d’attirer leur proie.

Les troubles du comportements ont des remèdes, les refouler ou les cautionner n’apportent aucune valeur ajoutée à la personne qui en souffre. Le plus important est de le reconnaître et surtout trouver une solution afin que ça ne nuise pas à sa personne ou son entourage . Le syndrome de Stockholm qui affectent les victimes qui trouvent systématiquement une excuse à leurs bourreaux est une plaie.Ceux qui subissent des sévices quotidiennement, sans broncher, ne doivent pas s’isoler ou s’emmurer dans le silence. Aucune prison dorée ne justifie d’être humilié, aucun enfant qui assiste à des scènes de violence ne pourra s’épanouir dans un foyer conflictuel. Pire, il serait tenté de l’intérioriser, l’accepter puis reproduire le scénario une fois arrivé à l’âge adulte.

Cette attitude passive est la conséquence d’une faible estime de soi et d’un manque d’alternatives, car personne n’est prêt à s’insurger ou à prendre sous son aile une victime de violence. Notre pays n’est déjà pas en mesure de prendre en charge les structures d’accueil qui remédient à cela. Enfin les familles ne sont pas souvent solidaires, craignant de s’interposer entre l’écorce et l’arbre.

Le cas de cette jeune fille assassinée par son conjoint est loin d’être isolé, des mesures doivent être prises car notre société est impuissante, complice ou non réceptive. Les parents qui voient leurs enfants couverts de bleus et qui les exhortent à serrer les dents dans un ménage, doivent revoir leur laïus et être plus fermes vis à vis de l’auteur de ces mauvais traitements .
La décence voudrait que la justice , les média n’érigent pas les psychopathes en héros. Les femmes qualifiées à tort ou à raison de vénales, adultèrines ou outrancières ne méritent pas de passer de vie à trépas. La société devient aussitôt procureur ou juge, en blanchissant le présumé coupable et diabolisant la victime qui bien souvent n’est plus de ce monde pour se défendre.

Nelson Mandela avait trouvé la cause des maux en proposant cette assertion :«Priver les gens de leurs droits fondamentaux revient à  contester leur humanité même.»
Il est nécessaire de faire preuve d’empathie en considérant les victimes comme des frères ou sœurs et ne pas tirer des conclusions hâtives. Cela restituera une part d’humanité, car à force d’être confronté à la violence, on en devient anesthésié. Desmond Tutu nous eclaire en affirmant très justement : « Cela veut dire beaucoup pour les personnes opprimées de savoir qu’elles ne sont pas seules. Ne laissez jamais personne vous dire que ce que vous  faites est insignifiant.»  

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.