Hausse des frais d’inscription pour les étudiants Africains et l’immigration : à cœur ouvert avec Patrice Anato, député la république en Marche

Cécile Sow Diaspora Editos Politique Sharing Business Société
Publicités

Ce lundi le député Seine-Saint-Denis de la république en Marche, Patrice Anato était l’invité de l’association des jeunes du pavé neuf, à Noisy-le-Grand. Monsieur Anato qui était venu leur rendre visite, dans le cadre de leur formation sur l’éducation aux droits de l’homme, a été interpellé sur la question de la hausse des frais d ‘inscription pour les étudiants étrangers hors union européenne et d’autres questions liées à l’immigration.


“Nous nous battons pour que cette mesure soit supprimée ou revue!

Les jeunes qui participent à la formation sur l’éducation aux droits de l’homme dans le cadre du programme Erasmus+ ont reçu ce lundi la visite du député Patrice Anato (LaRem). Ils ont profité de ce tête-à-tête avec l’élu pour aborder plusieurs questions. Celle concernant la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers hors union européennes a ouvert le bal. Selon lui “cette mesure est un décret pris par le premier ministre, ce qui veut dire que les députés n’ont pas été consultés avant. Et si tel était le cas, elle ne serait pas passer aussi facilement “. ” C’est une décision qui a créée beaucoup de bruits à l’assemblée nationale “, a déclaré l’élu de la Seine-Saint-Dénis. Monsieur Anato qui est par ailleurs co-président du groupe d’études diplomatie économique avec l’Afrique n’est pas resté insensible face à ce décret. ” Aussitôt sorti, nous avons écrit au premier ministre pour lui demander de faire en sorte que les étudiants africains ne soient pas les plus lésés”. “Nous continuons à nous battre. Déjà les frais de scolarité pour les doctorants ne sont plus concernés. Nous voulons qu’il y ait une suppression totale de cette décision. Au cas où ça ne se fera pas, on aimerait au moins que le paiement soit étalé sur toute l’année “, a laissé entendre le député devant les participants.

Selon Monsieur Anato , “c’est un paradoxe de demander aux étudiants de choisir la France tout en augmentant les frais de scolarité. C’est une mesure qui va toucher beaucoup plus les étudiants africains parce que certains d’entre eux n’ont pas assez de moyens pour supporter certaines charges”. précise-t’il, ” J’aurai du mal à dire à mes partenaires africains de venir étudier en France mais par contre ça va vous coûter plus chers “.


“Aucune loi ne peut empêcher l’immigration”!

Interpellé sur la question de l’immigration et les différentes politiques adoptées par l’Europe, Le députe révèle que c’est une question qui divise beaucoup de pays une fois que les migrants arrivent aux frontières européennes. Selon lui aucune loi ne peut empêcher l’immigration et même si on construisait des murs jusqu’au ciel. « Il faudrait trouver une uniformisation des règles sur les question migratoires par tous les pays Européens. C’est une question qui doit être standardisée partout dans le continent et c’est le combat du président Macron ». Poursuit-il. Parlant de solutions pour stopper la vague migratoire, le député estime qu’il faudrait que l’Europe trouve de vrais perspectives pour arrêter ce fléau. Il pense également que les entreprises européennes, présentes sur le sol Africain doivent choisir leurs cadres parmi les africains, parce qu’ils ont les compétences. Ça participerait selon lui à créer plus d’emplois et à aider les africains à saisir les opportunités qui s’offrent à eux. Toutefois, le député pense que les aides apportées aux pays Africains devraient être décentralisées au niveau des collectivités territoriales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.