Le dialogue n’est pas une guerre, il doit déboucher sur un consensus….

D-cryptage La réplique de Maïmouna Les Saillies du profane Politique Société

À la fin d’un dialogue, il n’y a ni vainqueur, ni vaincu. Le dialogue est un waxtane. C’est donc une confrontation de mots choisis car même les mots utilisés pour dialoguer font l’objet de choix par les protagonistes. Et l’issu du dialogue est un consensus. Le dialogue n’est pas une guerre. On n’y cherche ni à blesser, ni à être blesser physiquement, mentalement, psychologiquement et humainement. On y cherche ni à tuer, ni à être tuer. On y cherche ni à humilier, ni à être humilier. On y cherche à convaincre.
Dialoguer 1000 ans vaut mieux que faire la guerre 01 an. Toutes les guerres finissent autour d’une table de négociations donc en dialogue. Sauf que le vainqueur peut imposer sa voix et le vaincu doit accepter à contrecœur. Ce qui prépare forcément une prochaine guerre.
Malheureusement nos dialogues surtout virtuels sont des guerres. Ce n’est plus la force de l’argument, mais la virulence des mots qui est une forme virtuelle de l’argument de la force qui prime. L’insolence devient une arme de destruction de l’ennemi. Un ennemi car tout contradicteur est considéré comme tel. La nouvelle réécriture de l’histoire du Sénégal devait aussi se pencher sur les méthodes de dialogue dans l’histoire. Car même dans les maisons, les femmes dialoguaient avec le pilon sans jamais s’en servir comme arme de destruction physique.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.