Les Finances Du Sénégal: Pire ministre des Finances de l’histoire du Sénégal ;Abdoulaye Daouda Diallo dort

Actualités

A n’en pas douter, le ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo fait partie de cette race d’individus capables de voir des étoiles quand le soleil se trouve au zénith. Alors que tout le monde sait que le Sénégal est au bord de la récession avec les conséquences liées à la crise sanitaire qu’est la pandémie de la covid-19, Abdoulaye Diallo, comme s’il ignore les souffrances actuelles du peuple sénégalais, déclare à qui veut l’entendre : « Le Sénégal a de fortes chances d’éviter la récession qui a été antérieurement annoncée pour 2020. Notre pays pourrait même se retrouver avec une croissance positive qui avoisinerait les 2% ».

Soit Abdoulaye Daouda Diallo surfe sur une autre planète, soit il nargue il nargue les Sénégalais. Deux grands secteurs de l’économie nationale, vrais pourvoyeurs de recettes, sont aujourd’hui fortement éprouvés par la crise liée à la covid-19. Il s’agit de la pêche et du tourisme.

Le secteur de la pêche se trouve en déliquescence. Les ressources halieutiques deviennent rares au niveau des côtes sénégalaises. Pendant, des semaines, l’état d’urgence ainsi que le couvre-feu avaient été instaurés au Sénégal. Ce qui empêchait à nos pêcheurs locaux de pouvoir librement mener leurs activités. Durant, toute la période notée, ce sont des bateaux de puissances étrangères qui venaient piller impunément les ressources halieutiques, au niveau de nos côtes. Même avec la reprise des activités, les pêcheurs sénégalais ont du mal à trouver des licences auprès de la Mauritanie ainsi que de la Guinée-Bissau. Ce qui a un impact négatif de l’apport de la pêche dans les finances publiques.

Alors que tout le monde dit que la pêche est le secteur, premier pourvoyeur de recettes au Sénégal. Le deuxième secteur pourvoyeur de recettes, c’est le tourisme. Or, qu’il s’agisse du tourisme balnéaire, du tourisme des affaires, tous deux ont vu leurs activités, être au ralenti. Beaucoup d’hôtels ferment au Sénégal, d’autres sont obligés d’envoyer au chômage technique, une bonne partie de leur personnel, faute de clients. Les industriels du tourisme devenus pessimistes face aux ravages causés par la situation actuelle, projettent octobre 2021 pour relancer le secteur.

Le secteur informel a également subi rudement les conséquences liées à la crise sanitaire. Abdoulaye Diallo et ses services n’ont rien fait pour accompagner les acteurs évoluant au niveau de l’économie informelle, les laissant à leur seule merci. Aujourd’hui, ces acteurs qui jouent un grand rôle dans l’économie nationale, subissent jusqu’ici les contrecoups de la crise.

Le ministre des Finances et du Budget qui est resté inactif face à cette situation, n’ayant déployé aucun plan de secours pour venir en aide aux secteurs grands pourvoyeurs de recettes de notre économie nationale, se permet de se réveiller aujourd’hui pour faire cette projection erronée en soutenant que le Sénégal pourrait se retrouver avec une croissance positive qui avoisinerait les 2%.

Abdoulaye Diallo, non seulement veut narguer les Sénégalais, mais se révèle comme le pire ministre des Finances et du Budget de l’histoire du Sénégal. Déjà que son parcours a été chaotique, lors de son passage au ministère de l’Intérieur qu’il avait finalement quitté pour atterrir à celui chargé des Infrastructures et des Transports routiers. Un ministère qu’il a finalement quitté, le laissant en pleine déliquescence.

Xibaaru

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.