“Qu’importe la vérité de la constitution, la vérité du peuple prime sur toutes autres vérités…”

Les Saillies du profane Parlons Politique! Point de vue...
Publicités

Lui, chef de parti et Chef de l’État a la lattitude de nommer et de dégommer qui il veut, quand il veut dans son parti et dans l’État sans devoir rendre compte à personne du pourquoi. Son parti et la constitution lui donnent ce pouvoir. Alors ainsi soit-il.

Tous ces limogeages, défénestrations, nominations et bruits audibles et/ou inaudibles sont des questions domestiques qui ne concernent que la vie privée, d’une association privée qui a le privilège d’avoir en main les destinées de la nation.

La question qui n’est pas elle domestique, est celle d’un troisième mandat. Celle-là est éminemment nationale et concerne tout le monde. Mais même dans celle-ci, la jurisprudence 2012 doit être de rigueur. Qu’importe la vérité de la constitution, la vérité du peuple prime sur toutes autres vérités.

En 2012, la jurisprudence des urnes avait clairement énoncé l’impossibilité d’un troisième mandant et de fort belle manière. Le conseil constitutionnel avait dit, le peuple avait contredit et vertement insisté sur son désir de limiter toute présidence à deux mandats qu’importe la durée.

Reste à avoir l’intelligence de faire sienne cette jurisprudence pour ne pas subir la sortie par la toute petite porte de la souris, sous les huées du peuple souverain.

SailliesDuProfane

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.