Tabaski au Sénégal: les moutons de la polémique

Cécile Sow
Publicités

Comme chaque année à l’approche de la fête de l’Aïd el-Kebir, nommée Tabaski en Afrique de l’ouest, l’ambassade israélienne à Dakar a offert ce 5 août une cinquantaine de moutons à des familles sénégalaises musulmanes dans le besoin et à une association venant en aide aux handicapés.Pour l’ambassadeur d’Israël à Dakar, « cet acte de solidarité et de fraternité  » , vient commémorer « la force de la foi d’Abraham, l’ancêtre des Juifs, chrétiens et musulmans, à son Dieu », lors de la cérémonie de remise.

Cependant ce don a été diversement apprécié au Sénégal. En effet Si le geste a été salué par certains, d’autres l’ont aussitôt fustigé . C’est le cas par exemple de l’Imam Amadou Makhtar Kanté qui aurait affirmé sur son compte Facebook que « la propagande sioniste par le truchement des moutons d’Isaac ne passera pas. […] Oui, je suis un Palestinien ». « Aucun musulman ne devrait accepter les moutons de l’ambassade d’Israël à Dakar. En signe de solidarité avec les Palestiniens et de surcroît, ces moutons sont offerts au nom d’Isaac qui serait le fils d’Abraham (paix sur lui) préposé au sacrifice. Or, pour les musulmans c’est d’Ismaël qu’il s’agit », a-t-il ajouté. « Shame on les relais locaux de cette abjecte propagande qui font des pauvres un moyen aux fins de donner une bonne image à Israël. Que non, le Patriarche Abraham était d’une générosité hors du commun, mais ne donnait que pour l’agrément de Dieu, jamais pour les basses œuvres d’une propagande abominable. Mais les musulmans sénégalais ont compris et renouvellent leur solidarité indéfectible au peuple palestinien », a-t-il conclu.

Qu’en pense #LesSailliesDuProfane?

Peut-on refuser à quelqu’un qui se noie de s’agripper au sabre tendu? 
La réponse est assez facile et évidente. Les blessures sont remédiables et la mort irrémédiable. Celui-là qui se noie peut se permettre d’attraper le sabre et de se laisser tirer hors de l’eau. Si les moutons de l’État d’Israël vont aux vrais nécessiteux alors ceux-ci sont en droit de les prendre sans honte, ni gêne. Ils peuvent l’amener dans leurs foyers et ainsi ne pas obliger leurs familles de subir la “honte” et la “gêne” culturelles de ne pas “satisfaire” au sacrifice de l’Aïd. Ces moutons “juifs” posent un autre problème. Le problème de la redistribution de toutes ces aides #tabaski aux vrais nécessiteux. Dans ce pays, on donne à ceux qui ont largement les moyens de se payer un mouton. Et ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un mouton n’ont pas le bras ou le cou assez long pour se faire voir donc servir. L’État et les mairies décaissent sur les impôts de tous, des sommes astronomiques pour la tabaski et les distribuent en fonction de la tête du militant.

La ummah sénégalaise a certainement les moyens de donner à chaque sénégalais un mouton. Il suffit juste d’une petite organisation. Mais le problème revient avec la zakaat, une petite organisation nécessaire pour combattre la pauvreté. Une petite organisation aussi pour l’éducation, les pouponnières. Ainsi de suite, de l’organisation pour tout.

Vraiment, avec toutes les petites organisations à faire, l(histoire des moutons deviennent une chose minuscule.

#Saillies

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.