Une union africaine introuvable, la communauté des barrières…

Actualités Diaspora Editos Les Saillies du profane Point de vue...

Ainsi dans la CDEAO, un Etat peut fermer ses frontières de façon unilatérale sans recevoir aucune sanction de la communauté. Le Nigéria, depuis août 2019, la Guinée a suivi en donnant comme le Nigéria ses raisons.

Des syndicats de transporteurs sénégalais avaient bloqué la frontière avec la Gambie. Des gambiens ont menacé d’en faire autant. Entre le Sénégal et le Mali, des blocages persistent. Ici aussi la communauté est muette, laissant le soin aux États de gérer la situation.

Quelle est la viabilité d’une communauté dans laquelle, chacun peut ouvrir et fermer ses frontières selon ses humeurs? Empêchant de fait les hommes et les biens de circuler en toute liberté.

Comment aspirer à plus d’unité quand nous ne pouvons pas gérer le peu que nous avons? Il est difficile de défendre d’autres avancées, genre monnaie commune de la CDEAO dès lors que les chefs d’états ne sont soumis ou ne se soumettent à aucune contrainte. Si sur un coup de tête, ils peuvent décider de ne plus respecter aucune règle, aucun règlement communautaire.

Nous devons véritablement savoir où poser les pieds avant de nous engager plus profondément dans une communauté ouest africaine ou même africaine. Nos États ne sont pas encore prêts à perdre une partie de leurs souverainetés.

SailliesDuProfane

944

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.